SOPHIE ROBION – Jurée de l’édition 2013

maroc 227

Professeure en technologie de l’information et du multimédia de l’enseignement agricole, Sophie Robion a été chef d’établissement.
Elle est aujourd’hui chargée de mission Formation initiale scolaire au Service régional de la Formation et du Développement, qui dépend de la Direction régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt en Poitou-Charentes.

SOPHIE ROBION CONJUGUE PÉDAGOGIE ET SMARTPHONE

TAKAVOIR : Vous avez été professeur de technologie de l’information et du multimédia…
Par rapport à l’Éducation nationale, la grande particularité de l’enseignement agricole, c’est que l’informatique fait partie de la totalité des formations depuis fort longtemps. Depuis vingt ans, toutes nos formations intègrent donc l’informatique, que ce soit les BEP, les BAC généraux et technologiques et tous nos BTS. Il y a donc des professeurs d’informatique dans tous les établissements, avec un statut particulier pour ce qui était mon cas : une partie de mon temps était dévolue à l’organisation informatique de l’établissement.
Autre particularité de l’enseignement agricole, nous avons une discipline qui n’existe pas dans l’Éducation nationale qui s’appelle l’enseignement socio-culturel, dispensé dans la totalité de nos formations. Et la dimension artistique du multimédia est assumée par le professeur d’enseignement culturel.

Le téléphone portable pose-t-il problème dans les établissements ?
C’est une question qui m’intéresse beaucoup. Aujourd’hui, on mène une réflexion pédagogique sur la place du numérique et comment on peut valoriser le téléphone portable dans nos cours : comment, dans le cadre pédagogique, l’exploiter en faveur du cours – pour faire des recherches, des traductions… Et non pas être sur une dimension uniquement répressive concernant l’usage de cet appareil.
Tout le monde n’est pas prêt à enseigner ainsi et tous les élèves ne sont pas non plus équipés de smartphones… Mais on ne peut pas faire abstraction de ces outils-là, ni passer son temps à interdire.

Qu’avez-vous comme téléphone ?
J’ai un Samsung sous Androïd.

Vous vous en servez souvent pour filmer ?
Ça m’arrive assez souvent. La semaine dernière, j’ai filmé une vieille dame de 93 ans et qui était en 1945 la première directrice du Crédit agricole de la commune où j’habite – c’était le jour de la Journée mondiale de la Femme et c’était très intéressant de filmer son témoignage.

Avez-vous une idée de ce qui vous attends en tant que jurée de TAKAVOIR ?
Pas du tout ! Je me laisse porter par les événements…

Quel conseil donneriez-vous à un futur jeune réalisateur ?
Le premier qui me vient à l’esprit, c’est de bien faire attention au droit à l’image et s’il filme des gens, de bien leur demander leur avis auparavant.
Ça devient tellement implicite que, souvent, on ne pense pas du tout à ce genre de chose.

*

Image CAPTCHA

*

*Champs obligatoires